À la une
mercredi, 7 décembre 2016

Club de lecture de décembre

Rien ne vaut un bouquin pour s'évader. Voici trois lectures qui vous garderont éveillés.

 

 

 

 

ET SI LA BEAUTÉ RENDAIT HEUREUX?

Par François Cardinal et Pierre Thibault

Critique: Marie-France Bazzo
Éditrice, BazzoMAG

Si vous soupçonnez que les lieux, les beaux environnements, les villes agréablement organisées augmentent l’indice de bonheur et la qualité de vie, ce court essai est pour vous. François Cardinal, éditorialiste en chef à La Presse, a beaucoup écrit sur l’architecture et la ville. Pierre Thibault est l’architecte qui a conçu de nombreuses maisons en lien avec l’environnement, une abbaye à Saint-Jean-de-Matha et le Musée d’art contemporain de Baie-Saint-Paul.

Ensemble, il se sont assis, promenés, ont déambulé dans cinq lieux nourrissants, dont quatre imaginés par Thibault; l’autre étant Copenhague, ville réputée pour son design urbain et son architecture. Ils réfléchissent sur l’esprit des lieux, l’environnement bâti, les valeurs, Montréal, le bien commun. Ils sont convaincus – et nous contaminent avec enthousiasme – que le beau élève l’esprit collectif. On devrait donc exiger – et construire – le meilleur. Cardinal cite l’ex-maire de Québec, Jean-Paul L’Allier : «Ce qui appartient à tous devrait être plus beau que tout le reste.»

À leur suite, on se prend à rêver de ce que pourrait devenir Montréal, avec une vision inspirée et beaucoup d’amour. Car entre le Copenhague actuel, qui inspire et rend jaloux le monde entier, et la banale capitale d’avant, il n’y a que 30 ans… et une réelle intention.

Un livre délicieux, intelligent, qui nous fait aspirer à la beauté, rêver d’une maison signée Pierre Thibault, et se dire qu’on est dirigés par des gens qui trippent plus ingénierie qu’architecture.

 

 

 

 

 

THE GIRLS

Par Emma Cline

Critique: Myriam Daguzan Bernier
Collaboratrice, BazzoMAG

Livre sensation de la rentrée, The Girls plonge au coeur des années 60, quand Charles Manson recrute sa petite armée de jeunes filles. Efficacement manipulées, elles commettront l’impensable.

Le fait vécu est à la mode et l’auteure californienne Emma Cline n’y échappe pas. Son sujet: Charles Manson (rebaptisé Russell) et sa secte, constituée d’une majorité de jeunes femmes. C’est l’une d’elles, Evie Boyd, 14 ans, qui raconte. Devenue adulte, elle revient sur sa relation avec les «girls» et «l’avant» de la tristement célèbre tragédie.

Dans un ranch éloigné, ces jeunes femmes vivent selon certains préceptes instaurés par Russell: tout partager, refuser les codes d’une société aliénée, se libérer de soi. Ces idéaux, entretenus par les drogues, l’alimentation déficiente et les discours aliénants, sont éphémères: la réalité est moins reluisante. Le ranch est insalubre, on ne fait que s’y droguer, végéter et attendre un signe, un câlin ou une approbation de Russell qui les domine. Un messie autoproclamé. Un tyran. Mais qui demeure toujours en arrière-plan: l’auteure donne toute la place à ces «girls» qui fascinent.

D’une écriture précise, vivante et incroyablement imagée, l’auteure fait revivre avec puissance cette période trouble qu’est l’adolescence. Campé dans une époque singulière où tout semble possible, agrémenté du caractère mythique de Manson, on a là un roman explosif.

Une déstabilisante expérience de manipulation qui fait diablement réfléchir à la violence faite aux femmes, au moment où ça ne passe plus.

 

 

 

 

 

100x100. LE MEILLEUR DE TOUT.

Critique: Kathleen Michaud
Rédactrice en chef, BazzoMAG

Voilà une encyclopédie nouveau genre qu’on gardera précieusement dans la bibliothèque parmi nos livres de collection. Cet ouvrage présente 10 grands thèmes, chacun décliné en 10 sections, lesquelles sont divisées en 100 entrées. C’est donc 10 000 brèves, concentrées en 1 000 pages!

C’est une petite bible d’informations géniale pour éveiller nos connaissances ou rafraîchir notre mémoire. Il y en a pour tous les goûts, tous les champs d’intérêt : les amoureux de lecture découvriront les must de la littérature classique, de la fantasy et de la science-fiction. Les gastronomes gourmands se plongeront avec délectation dans les pages consacrées aux meilleurs restaurants de la planète et dans celles qui font l’éloge des desserts, des vins et des fromages. Historiens dans l’âme ? Vous voyagerez à travers les époques pour découvrir les révolutions, les guerriers, les dates mémorables, etc.

Évidemment, on ne s’abandonne pas dans ce livre comme on le fait dans un roman. Les informations supportées par un graphisme dynamique et des photos se dégustent à petites doses. Pour ma part, après une page ou deux, mon cerveau réclame une trêve et je pose ma bible de culture pour retourner à une lecture plus légère. Mais c’est sans contredit un livre à la fois éducatif et divertissant que j’aime feuilleter régulièrement. 

 

 

 

 

Les unes précédentes
Sondage
jeudi, 20 octobre 2016

Le salaire minimum devrait-il être augmenté au Québec?

Répondre au sondage